menu
Communiqués

Une étude de l’IRPP explique comment établir des services de garde à 10 dollars par jour à l’échelle du pays

19 octobre 2022 Imprimer

Montréal — À l’horizon 2026, les frais de garde s’établiront à 10 dollars par jour dans tout le pays grâce aux accords qu’Ottawa a conclus avec les provinces et territoires pour mettre en œuvre un système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Tandis que les gouvernements définissent leurs stratégies d’application, une étude de l’Institut de recherche en politiques publiques formule à leur intention quatre recommandations fondées sur l’analyse de 30 ans d’évolution des services de garde au Canada.

Son auteur, le professeur émérite de l’Université de Toronto Gordon Cleveland, y examine les indicateurs d’abordabilité, d’accessibilité et de qualité, des années 1980 à aujourd’hui. Il constate que les progrès ont été notables dans plusieurs domaines, mais que les frais de garde n’ont cessé d’augmenter. Et il souligne que les progrès ont été inégaux selon les provinces et territoires au chapitre des ratios personnel-enfants, du salaire des éducatrices de la petite enfance et du financement pour les familles à faible revenu.

Pour que les gouvernements puissent atteindre la cible de 10 dollars par jour dans les délais prescrits tout en améliorant la qualité des services, l’auteur formule les quatre recommandations suivantes :

  • Développer rapidement des services de garde publics et sans but lucratif. Les provinces et territoires devraient accorder d’importantes subventions d’investissement ou garanties de prêt aux prestataires de services de garde sans but lucratif afin d’accélérer le développement planifié et coordonné du réseau. Les grandes provinces devraient en outre favoriser la création d’agences de développement chargées de concevoir, de planifier et d’établir des services sans but lucratif, tout en incitant les municipalités, collèges et commissions scolaires à élargir leur offre.
  • Hausser les salaires des éducatrices de la petite enfance. La rémunération des éducatrices ayant peu progressé en 30 ans, de fortes hausses salariales seront nécessaires pour recruter et maintenir en poste un nombre suffisant d’éducatrices qualifiées.
  • Prévoir de nouveaux investissements. Les 9 milliards annuels alloués à la mise en œuvre du système seront sans doute insuffisants dans les provinces où les frais de garde sont élevés. Il serait donc judicieux, économiquement et socialement, d’y créer un programme fédéral-provincial de financement complémentaire à frais partagés. D’autant plus qu’en stimulant la participation des mères au marché du travail, tous les gouvernements devraient profiter d’une forte hausse de leurs recettes.
  • ReméCombler les écarts en matière de prestations de maternité et parentales. Il existe une nette disparité entre la couverture et la générosité des prestations du Québec, qui a son propre régime, et celles du reste du pays, qui dépendant du régime d’assurance-emploi. Ottawa devrait profiter de la réforme de l’AE pour corriger la situation, notamment en incitant les pères à prendre des congés parentaux et en offrant aux parents non admissibles un soutien du revenu pendant la première année de vie de l’enfant.

« Pour éviter au reste du Canada les problèmes de croissance que le Québec a connus en développant son réseau de garderies abordables, prévient Gordon Cleveland, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux doivent prendre les mesures proactives qui s’imposent pour préserver la qualité et l’accessibilité des services tout au long du processus de mise en œuvre. » Nous ne faisons qu’amorcer la première étape d’un long parcours, conclut-il, et le moment n’est encore pas venu de crier victoire.


On peut télécharger l’étude Apprentissage et garde des jeunes enfants au Canada : d’où partons-nous, où allons-nous ? de Gordon Cleveland, sur le site de l’IRPP (irpp.org/fr/).

Renseignements : Cléa Desjardins — Tél. : 514 245-2139 — cdesjardins@nullirpp.org

Apprentissage et garde des jeunes enfants au Canada : d’où partons-nous, où allons-nous ?

Apprentissage et garde des jeunes enfants au Canada : d’où partons-nous, où allons-nous ?

Lire le texte

CONTACT MÉDIAS

Cléa Desjardins
Directrice des communications
Tél. 514-245-2139 • cdesjardins@irpp.org