menu
Communiqués

Les points forts du fédéralisme canadien peuvent aider à résoudre la crise des soins de longue durée

10 mars 2021 Imprimer

La pandémie nous empêche d’ignorer plus longtemps les lacunes des soins de longue durée au Canada. Même si le gouvernement fédéral s’est engagé dans le discours du Trône de l’automne dernier à « établir de nouvelles normes nationales pour les soins de longue durée », ce domaine relève essentiellement de la compétence des provinces, dont le vaste éventail de politiques et de modèles organisationnels est déjà bien établi.

Toute proposition qui ferait l’impasse sur cette réalité institutionnelle risque donc d’échouer. Nos gouvernements devraient plutôt miser sur les points forts du fédéralisme pour améliorer les soins de longue durée, comme le montre une nouvelle étude du Centre d’excellence sur la fédération canadienne de l’Institut de recherche en politiques publiques.

Carolyn Tuohy, professeure émérite à l’Université de Toronto et auteure de l’étude, montre que les voies les plus prometteuses vers une coopération fédérale-provinciale passent par deux domaines clés où chacun des ordres de gouvernement possède une histoire :

  1. Sécurité de la vieillesse — Pour financer et harmoniser les prestations, on pourrait joindre au Régime de pensions du Canada et au Régime de rentes du Québec un régime d’assurance de soins de longue durée à titre de prestation supplémentaire, de manière à créer une source de financement dédiée au sein de l’infrastructure de gestion conjointe fédérale-provinciale.
  2. Immigration — Les ententes et les politiques fédérales-provinciales sur l’immigration pourraient aider à standardiser les compétences et les conditions de travail des soignants, ce qui aurait un effet d’entraînement sur la réglementation professionnelle en contribuant à la création d’un bassin de ressources humaines en santé aux compétences communément reconnues.

« En prenant des mesures décisives dans ces domaines où le partage des pouvoirs est déjà bien établi, souligne l’auteure, on ajouterait une série de mécanismes complémentaires au cadre institutionnel existant plutôt que de tenter de transférer à Ottawa des responsabilités majeures. »

Il nous faut saisir cette occasion unique pour modifier en profondeur le cadre des soins de longue durée, conclut Carolyn Tuohy, car « faute d’agir maintenant, les lacunes révélées par la pandémie continueront de se répercuter sur la qualité de vie et l’existence même des plus vulnérables de nos concitoyens ».


On peut télécharger l’étude Federalism as a strength: a path toward ending the crisis in long term care, de Carolyn Tuohy, sur le site du Centre d’excellence sur la fédération canadienne (centre.irpp.org/fr/).

L’Institut de recherche en politiques publiques est un organisme canadien indépendant, bilingue et sans but lucratif, basé à Montréal. Pour vous tenir au courant de ses activités, veuillez vous abonner à sa liste d’envoi.

Renseignements : Cléa Desjardins — Tél. : 514 245-2139 — cdesjardins@nullirpp.org

CONTACT MÉDIAS

Cléa Desjardins
Directrice des communications
Tél. 514-245-2139 • cdesjardins@irpp.org