menu
Communiqués

Les élections tenues au pays pendant la pandémie sont riches en leçons pour celles de l’Ontario

17 mai 2022 Imprimer

Montréal – La pandémie est venue compliquer presque toutes nos activités, y compris la tenue des élections. Alors que les Ontariens sont appelés aux urnes et que les Québécois le seront à l’automne, un nouveau rapport de l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP) offre aux organisateurs du scrutin quelques précieuses leçons tirées des six élections majeures tenues au Canada pendant la crise sanitaire.

Publié par le Centre d’excellence sur la fédération canadienne de l’IRPP, ce rapport de Laura Stephenson et Allison Harell analyse les forces et les faiblesses de l’organisation du scrutin fédéral et des élections provinciales des deux dernières années, de même que leur incidence sur le comportement des électeurs et la perception du processus électoral.

« La comparaison du déroulement de ces scrutins offre quelques leçons clés quant à l’impact des décisions des administrations électorales sur le comportement et la satisfaction des électeurs », explique Allison Harell, codirectrice (avec Laura Stephenson) du Consortium de la démocratie électorale.

Voici leurs principales conclusions :

  • La participation aux élections tenues en temps de pandémie a baissé presque partout ;
  • Le vote le jour du scrutin a diminué et le vote par anticipation a augmenté. Dans certaines provinces, on a même voté davantage par anticipation que le jour même ; il s’agit d’une tendance importante qui a le potentiel de changer la façon dont on fait campagne.
  • La plupart des électeurs n’ont pas changé d’idée en cours de campagne quant à la méthode qu’ils préféraient pour voter ;
  • Dans l’ensemble, les électeurs se sont dits satisfaits du déroulement des élections.

Harell et Stephenson ont tiré de leur analyse deux principales recommandations.

Premièrement, les administrations électorales ne peuvent tout prévoir mais les électeurs eux-mêmes peuvent s’adapter à de nouvelles modalités de vote et procédures électorales. En créant de nouvelles options en période d’incertitude, on favorise donc la participation des citoyens moins enclins à voter. Ce qui complexifie l’organisation des scrutins mais peut améliorer le processus de vote en montrant à chacun l’importance accordée à leur suffrage.

Deuxièmement, il est particulièrement important de bien expliquer aux électeurs comment se déroulera le scrutin, puisque des changements imprévus peuvent les amener à reprocher à des acteurs clés une situation dont ils ne sont pas responsables. Les organisateurs du scrutin de Terre-Neuve-et-Labrador l’ont appris à leurs dépens lorsqu’ils ont dû annuler le vote en personne la veille de l’élection.

En somme, l’organisation d’un scrutin en temps de pandémie nécessite souplesse et planification. « Quelles que soient les modalités de vote, conclut Laura Stephenson, la confiance des Canadiens à l’égard de la démocratie électorale restera sans doute élevée si le processus leur est clairement expliqué, s’il se déroule sans encombre et si les façons de voter sont raisonnablement suffisantes. »


On peut télécharger l’étude Elections During a Health Crisis: Voter Involvement and Satisfaction across Pandemic Elections in Canada sur le site du Centre d’excellence sur la fédération canadienne (centre.irpp.org/fr).

Le Centre d’excellence sur la fédération canadienne est une initiative de recherche permanente de l’IRPP qui a pour vocation d’approfondir la compréhension du Canada en tant que communauté fédérale. Pour être informé des activités de l’IRPP, veuillez vous abonner à sa liste d’envoi.

Renseignements : Cléa Desjardins – 514 245-2139 – cdesjardins@nullirpp.org

CONTACT MÉDIAS

Cléa Desjardins
Directrice des communications
Tél. 514-245-2139 • cdesjardins@irpp.org