menu
Communiqués

Une innovation québécoise en matière de formation professionnelle offre de précieuses leçons au reste du Canada

21 avril 2022 Imprimer

Montréal – À l’heure où les entreprises sont frappées par une grave pénurie de main-d’œuvre et de compétences, une approche québécoise innovante qui incite les employeurs à miser sur le développement des compétences pourrait offrir de précieuses leçons au reste du Canada. Dans une nouvelle étude de l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP), Yves Blanchet examine les mutuelles de formation, un instrument stratégique appliqué au Québec depuis le début des années 2000. En aidant les entreprises à combiner leurs ressources et leurs besoins en formation pour réaliser des économies d’échelle, ces mutuelles peuvent réduire les obstacles qui les empêchent d’investir dans la formation. Leurs entreprises membres peuvent aussi accéder à des ressources financières et organisationnelles cruciales qu’elles ne pourraient obtenir séparément.

« Un des fondements du système de développement des compétences du Québec repose sur l’idée que des organisations qui servent de lien entre le gouvernement, les collectivités, les entreprises et les prestataires de formation sont les mieux placées pour réunir les intervenants clés, mobiliser un éventail de ressources et répondre aux besoins des entreprises en matière de formation. Mais pour récolter les avantages d’un instrument comme les mutuelles, il faut mieux comprendre les raisons du succès des plus performantes et apprendre de l’échec des autres, explique l’auteur. »

Analysant le parcours de quatre mutuelles de formation en activité de 2008 à 2017, l’auteur montre qu’elles sont plus efficaces lorsque leurs dirigeants remplissent deux critères clés :

  • ils sont pleinement mobilisés autour de la performance de leur mutuelle, sa vision et ses intérêts, et sont en mesure d’obtenir toutes les ressources nécessaires à sa réussite ;
  • ils sont bien positionnés dans l’écosystème de formation de leur secteur et tissent de bonnes relations avec des organisations complémentaires qui peuvent leur offrir un solide appui matériel, organisationnel et financier.

Pour que ce modèle profite réellement aux employeurs comme aux employés, l’auteur préconise de recueillir des données sur la performance des mutuelles, notamment sur leurs avantages en termes de gains de productivité, d’amélioration des salaires et de maintien de l’emploi. Il juge aussi important d’étudier les raisons qui incitent les entreprises à y participer ou à s’en abstenir.

« Sous les bonnes conditions, les mutuelles de formation pourraient contribuer substantiellement au développement des compétences dans plusieurs secteurs d’activité du pays, conclut Yves Blanchet. Elles pourraient tout particulièrement répondre aux besoins immédiats des petites et moyennes entreprises et des travailleurs peu spécialisés. »


On peut télécharger l’étude Les mutuelles de formation au Québec : un modèle à renforcer ou à imiter ? d’Yves Blanchet, sur le site de l’IRPP (irpp.org/fr/).

Renseignements : Cléa Desjardins — Tél. : 514 245-2139 — cdesjardins@nullirpp.org

Les mutuelles de formation au Québec : un modèle à renforcer ou à imiter ?

Les mutuelles de formation au Québec : un modèle à renforcer ou à imiter ?

Lire le texte

CONTACT MÉDIAS

Cléa Desjardins
Directrice des communications
Tél. 514-245-2139 • cdesjardins@irpp.org